Le monoxyde de carbone (CO), c’est quoi ?

Souvent appelé oxyde de carbone, le monoxyde de carbone (CO) est un gaz traître : incolore, inodore, sans saveur et non-irritant ; donc très difficile à déceler. Il possède une densité presque égale à celle de l’air, il s’y allie très aisément. Son résultat est le fruit d’une combustion incomplète peu importe le type de combustible utilisé : essence, pétrole, bois, gaz naturel, bois, propane, butane…

Monoxyde de Carbone aujourd’hui en Francemonoxyde

Le monoxyde de carbone (symbole CO) est très dangereux. L’empoisonnement par le monoxyde de carbone est très fréquent puisqu’il touche environ 6000 à 8000 personnes chaque année ayant besoin de soins médicaux d’après la DGS.

Avec une d’une centaine de décès, chaque année, le monoxyde de carbone est l’une des principales causes de décès dues au gaz malsain en France. Par contre, les décès cliniques ne dépassent pas les 1%.

Les résultats demeurent réguliers malgré l’amélioration des conditions de vie au niveau des milieux urbains et ruraux ainsi que des mouvements de prévention. Néanmoins, de nombreux accidents domestiques ont la possibilité d’être écartés en appliquant des règles faciles à adopter.

Monoxyde de carbone en chiffre : le saviez-vous ?

  1. Les enfants âgés de moins de 14 ans sont les principales personnes atteintes d’empoisonnement au CO (environ 27% des hospitalisations).
  2. La chaudière est le matériel qui cause le plus d’empoisonnement par le CO et cela est principalement dû à de mauvaises évacuations des gaz consommés.
  3. Dans 56% des cas, une faible aération fait grimper les chances d’empoisonnement dues au monoxyde de carbone.
  4. 70% des drames sont répertoriés au nord de la Loire.
  5. 6000 à 8000 personnes sous soins cliniques chaque année due à un empoisonnement par le monoxyde de carbone.
  6. Cause principale des décès par intoxication en France.
  7. Les intoxications liées au monoxyde de carbone pour la principale partie d’entre elles, sont répertoriées au niveau des habitats (on note 86%). La chaudière est la source principale d’empoisonnement.
  8. Plus de 75% de la population française possédant un chauffage à combustion ne connaissent pas qu’ils ont en leurs possessions un appareil pouvant émettre du CO.

Intoxication au monoxyde de carbone : Les causes

Comment se manifeste-t-il ?

Repérer les sources de monoxyde de carbone

Les accidents liés au monoxyde de carbone (CO) surviennent la plupart du temps en hiver, durant la période de chauffage et sont le plus souvent liés :

  • A une mauvaise gestion ou utilisation du matériel de combustion (cuisinière, chauffage, réfrigérateurs au propane, …)
  • A un mauvais entretien des conduits d’évacuation.
  • A une faible ou absence d’aération.
  • A l’utilisation continue de chauffage d’appoint.
  • A l’usage, à l’intérieur de locaux, de groupes électrogènes, de barbecue, de braséro, ou d’outils à moteur thermique (par ex : tronçonneuse)

 Quels appareils et quelles installations sont surtout concernés ?

  • Chaudières et chauffe-eau ;
  • Poêles et cuisinières ;
  • Cheminées et inserts, y compris les cheminées décoratives à l’éthanol ;
  • Appareils de chauffage à combustion fixes ou mobiles (d’appoint) ;
  • Groupes électrogènes ou pompes thermiques ;
  • Engins à moteur thermique (voitures et certains appareils de bricolage notamment) ;
  • Braseros et barbecues ;
  • Panneaux radiants à gaz ;
  • Convecteurs fonctionnant avec des combustibles.

En bref, l’origine des empoisonnements au monoxyde de carbone sont aggravées par les conditions sociales (habitat vétuste, défaut d’entretien des appareils, chauffages d’appoint), par les changements climatiques (froid intense, brouillard), ainsi que les coutumes régionales. Le danger est d’autant plus grand lorsque la structure du logement n’est pas récente.

Quels sont les risques et les dangers ?

Du monoxyde de carbone dans votre logement, fuyez !

Effet sur la santé humaine

Conséquences :

Indétectable, ce gaz est très dangereux pour l’organisme ; il ne présente pas symptôme évident : il ne fait ni tousser ni éternuer ; le monoxyde de carbone se propage très facilement dans l’atmosphère. Résultat :  Il provoque de graves intoxications.

Comment le monoxyde de carbone agit-il ?  C’est quoi une intoxication au monoxyde de carbone ?

Ayant les mêmes propriétés qu’un gaz asphyxiant, il se fixe sur l’hémoglobine (globules rouges) après une absorption par l’organisme en quelques minutes. Plus le monoxyde de carbone s’accumule dans le sang, plus l’oxygène présent dans le corps se trouve diminué, amenant à un manque d’oxygénation du système nerveux, des vaisseaux sanguins et du cœur. Dépassant un certain seuil, le monoxyde de carbone devient extrêmement toxique :

  • 1% de CO dans l’air tue en 1 heure,
  • 1% de CO dans l’air tue en 15 minutes,
  • 10% de CO dans l’air tuent immédiatement.

Le monoxyde de carbone, un tueur sournois : Un gaz qui tue en moins d’une heure !

Concentration de carbone en parties pour million (ppm)Effets 
0-2Conditions normales à l’intérieur et à l’extérieur de l’habitat.
11Concentration maximale acceptable dans l’air intérieur pour une période de 8 heures.
25Concentration maximale acceptable à laquelle un adulte en santé peut être exposé de façon continue pour une période de 8 heures.
30L’avertisseur de CO ne doit pas déclencher l’alarme avant 30 jours.
70L’avertisseur de CO doit déclencher l’alarme dans un délai de 1 à 4 heures.
150L’avertisseur de CO doit déclencher l’alarme dans un délai de 10 à 50 minutes.
200Mal de tête léger, fatigue, étourdissement et nausée après 2 à 3 heures. L’avertisseur de CO doit déclencher l’alarme dans un délai de 35 minutes.
400L’avertisseur de CO doit déclencher l’alarme dans un délai de 4 à 15 minutes.
800Étourdissement, nausée et convulsions dans un délai de 45 minutes, mort dans un délai de 2 à 3 heures.
1600Mort dans un délai de 1 heure.
13000Danger de mort dans un délai de 1 à 3 minutes.

Qui plus est, à une grande accumulation, le monoxyde de carbone exposé à une étincelle ou une flamme, peut exploser. Donc, dans le cas où un empoisonnement au CO est suspecté, il faut faire attention à n’enclencher aucun mécanisme susceptible de provoquer une étincelle (allumettes, sonnette, interrupteur, briquet, etc.)

Comment éviter les intoxications au monoxyde de carbone ?

« Les intoxications au monoxyde de carbone concernent tout le monde… Les bons gestes de prévention aussi… »

 

Des réflexes en plus, des risques en moins

Étant donné que c’est la première cause de décès par intoxication en France, C’est pourquoi il est vital pour chacun d’apprendre à prévenir cette intoxication.

La meilleure façon de prévenir une intoxication au monoxyde de carbone au domicile est d’agir en suivant des mesures de sécurité appropriées ; Ainsi, il convient :

Conseils de sécurité : Les gestes de Bases pour prévenir tout risque

  • L’entretien est nécessaire: il est important de respecter les règles de sécurité et d’entretien.
  • Rien ne vaut un bon entretien des appareils à combustion, puisque les détecteurs de monoxyde de carbone peuvent ne pas détecter les faibles concentrations de CO.
  • Il est essentiel d’aérer quotidiennement votre domicile (même s’il fait froid) de 10 à 15 minutes pour renouveler l’air.
  • Pour assurer la sécurité de votre résidence, il est primordial que les appareils tels que les foyers, les réfrigérateurs, les fournaises, les cuisinières à gaz et les chauffe-eaux soient automatiquement vérifiés et entretenus au minimum une fois dans l’année ((au printemps ou à l’automne) par une personne qualifiée.
  • Ne pas laisser continuellement en marche les appareils à combustion comme les chauffages d’appoint. Ils ont été conçus pour une utilisation brève et par intermittence seulement.
  • Respecter soigneusement les consignes d’utilisation des appareils à combustion en lisant attentivement le mode d’emploi du fabricant.
  • Il faut inspecter, pendant et après une tempête de neige, les conduits d’évacuation de votre fournaise, cuisinière à gaz, poêle à bois, sécheuse, ventilateur-récupérateur de chaleur et foyer pour vérifier qu’ils ne sont pas recouverts de neige.
  • Ne vous chauffer jamais avec des appareils non destinés à cet usage, tels que : cuisinière, brasero, etc.
  • Effectuez fréquemment, au minimum une fois par an, un ramonage mécanique de vos conduits d’évacuation et cheminées afin de vous assurer qu’ils ne sont pas bouchés par des déchets ou divers autres matériaux qui peuvent provoquer la cause d’un incendie.
  • Équipements et dispositifs de protection: installez un détecteur de CO
  • Posez au minimum un détecteur de monoxyde de carbone dans votre domicile. Les meilleurs endroits pour poser un détecteur de CO sont les couloirs et l’extérieur des chambres.Un détecteur de fumée permet de vous avertir en cas de fumée mais est inutile pour les infiltrations de CO. Il est donc préférable d’avoir à la maison un détecteur de CO associé à un détecteur de fumée.
  • Installez un avertisseur de monoxyde de carbone dans des emplacements où se trouvent des sources de monoxyde de carbone.
  • Il faut poser un détecteur de CO équipé d’une alarme qui vous permettra de l’entendre pour vous signaler s’il y a éventuellement un taux élevé de CO dans votre domicile.
  • Appliquez et respectez les consignes d’utilisation du fabricant concernant l’installation, la mise à l’essai, l’utilisation, et le remplacement du détecteur.
  • Essayez vos détecteurs fréquemment. Changez les piles et le détecteur selon les recommandations du fabricant. Servez-vous d’un marqueur pour vous rappeler de la date de son installation et la date à laquelle il faudra le remplacer.
  • Pour avoir davantage de renseignements sur l’installation et l’utilisation de détecteurs de monoxyde de carbone dans votre région, prenez contact avec votre bureau municipal et/ou provincial.
  • Laissez-les dehors
  • Ne vous servez pas de barbecue ou de matériels de camping à combustion à l’intérieur d’un logement, d’un véhicule, d’un garage ou d’une camionnette de camping.
  • N’utilisez pas d’appareils de chauffage au mazout ou au kérosène ou de lampes à l’huile dans des espaces fermés, à part s’ils ont été typiquement créer pour cet usage.
  • La fumée de tabac est une source de CO, il est donc primordial d’interdire aux personnes de fumer à l’intérieur.
  • Pas de moteurs en marche à l’intérieur
  • Ne pas laisser votre véhicule en marche dans le garage, même si la porte est ouverte.
  • Ne laissez pas fonctionner dans le garage un appareil à essence tels qu’une souffleuse à neige, une tondeuse à gazon, une génératrice, un taille-bordures ou d’autres appareils à essence.
  • Faites-en sorte que la porte qui se trouve entre la maison et le garage soit fermé.

Risque pour la santé

Quels sont les signes d’une intoxication au CO ?

Les signes cliniques surviennent en fonction du temps d’exposition et du taux de monoxyde de carbone, présent dans le sang.

Quels sont les symptômes ?Les différents symptomes du monoxyde de carbone

 

Les effets :

Différents signes cliniques peuvent être le signe d’un empoisonnement au CO… S’ils sont découverts rapidement, il est possible d’éviter le pire.

Les effets de l’exposition au CO peuvent être très graves :

  • Les symptômes d’une exposition légère: petites migraines, envie de vomir, épuisement, souffle court ainsi que le mal fonctionnement des fonctions motrices. Des signes cliniques d’une grippe et donc souvent confondus.
  • Les symptômes d’une exposition moyenne ou faible durant un grand laps de temps : maux de tête très forts, fatigue musculaire, nausées, douleurs thoraciques, assoupissements fréquents, troubles de vision, vertiges, ainsi que des tachycardies.
  • Une mise en contact importante: Perte de connaissance, crises épileptiques, insuffisance cardio-pulmonaire, coma, décès.

Atteinte du fœtus :

L’empoisonnement des femmes enceintes est tout le temps éventuellement grave. Effectivement, chez les femmes enceintes, le fœtus est considérablement fragile : le monoxyde de carbone circulant au-delà du placenta pouvant causer le décès avant ou après l’accouchement, malformation au niveau des membres et du système nerveux.

Que faire en cas de suspicion d’intoxication ? Que faire en cas de symptômes ?

Conseils pour bien réagir en cas d’intoxication : Savoir y penser et réagir vite peut sauver des vies

Vomissements, migraine, épuisement et faiblesse ? Il est possible que ce soit dû au monoxyde de carbone.

Si ces signes cliniques souvent bénins sont recensés chez de nombreux individus au niveau d’une même pièce ou s’ils disparaissent en étant en dehors de cette pièce, cela peut être en rapport à une intoxication au monoxyde de carbone. Dans ces circonstances, il est vital d’agir de manière rapide ; les règles à suivre sont simples :

  • Aérez sans plus attendre la pièce en ouvrant fenêtres et portes.
  • Mettre en arrêt les appareils à combustion (chauffage, etc…)
  • Quittez immédiatement votre maison ou édifice.
  • Appelez les services de secours : le numéro d’urgence européen (112) ou les pompiers (18) ou le SAMU (15)
  • Débutez la réanimation dans le cas où la personne ne respire plus (le risque d’être victime d’une intoxication au monoxyde de carbone en exerçant le bouche à bouche est improbable)

OU

  • Allongez l’individu sur le côté, en position latérale de sécurité, afin de prévenir qu’elle ne suffoque dans ses vomissements.
  • Ne réintégrez pas dans les pièces qu’après avoir reçu l’avis d’un professionnel du chauffage ou des Sapeurs-Pompiers.

Comment poser le diagnostic ?

Les services de secours – les pompiers, à titre d’exemple – sont dotés d’un détecteur de monoxyde de carbone, ce qui donne déjà le moyen d’avoir une orientation diagnostique directe. Si le détecteur met en évidence du monoxyde de carbone dans l’air, il est indispensable d’abstenir les accidentés à l’atmosphère toxique et aérer les lieux avant de rentrer à nouveau.

Un prélèvement du sang pourra être fait : il relève la proportion de carboxyhémoglobine au niveau du sang. Chez un fumeur, à cause de la hausse du monoxyde de carbone au niveau du sang dû à la cigarette, ce taux est pathologique s’il est plus important que 10%, en revanche, chez les personnes qui ne fument pas, ce taux est interprété en tant que positif s’il dépasse 5%. Il est nécessaire qu’il soit interprété par rapport au délai entre la prise de sang et la fin de l’exposition au monoxyde de carbone.

Les services de secours vont eux aussi calculer, par une prise de sang au niveau de l’artère radiale ou par calcul au bout du doigt par un capteur, la saturation sanguine en oxygène : elle va être d’une manière générale plus faible.

Ces prélèvements vont être jumelées à l’évaluation des signes cliniques afin de proposer le traitement approprié.

Comment soigner une intoxication au monoxyde de carbone ?

Afin de traiter ce type d’empoisonnement, un seul remède existe : l’oxygénation.

Effectivement, les victimes doivent être aussitôt mises sous assistance respiratoire à grande concentration afin de tenter d’éliminer le CO fixé sur l’hémoglobine et ainsi permettre une oxygénation des cellules. Au cas où le malade est dans le coma, il devrait être mis sous ventilation assistée.

En fonction des résultats sanguins et des symptômes, une oxygénothérapie en milieu hyperbare peut être éventuellement requise : malaise, maux de thorax, taux de HbCO supérieur à 10 %, coma, problèmes cardiaques, femmes enceintes, …

Quel est le devenir des personnes intoxiquées ?

De manière globale, l’évolution est favorable. Toutefois, dans la mesure que la victime soit dans le coma, 5% des victimes à peu près meurent alors que 10% vont garder des séquelles. Celles-ci peuvent surgir quelque temps après l’empoisonnement, après une période libre, engrainant alors des problèmes psychiques, de problèmes de vision ou des céphalées.

Comment rétablir les normes de son installation après une intoxication au CO ?

Bien entendu, les dispositions préventives sont importantes avant même de penser à un retour chez vous : vérification des chaudières, aération durant l’emploi d’appareils à combustion…

Après une intoxication, votre installation est mise à l’arrêt. Il est obligatoire de faire appel à un professionnel qualifié, si vous voulez la remettre en marche. Il examinera le mobile de l’intoxication et vous évaluera les travaux à faire. Une fois les normes misent en place, votre installation sera de nouveau fonctionnelle.